Les propriétaires de bâtiments commerciaux ont été invités à créer un espace de stationnement car la ville de Kigali bannit le stationnement à bord certaines routes

0

La ville de Kigali a exhorté les propriétaires de bâtiments commerciaux à créer un espace de stationnement tandis que ceux qui ont des bâtiments anciens qui ne correspondent pas au plan directeur de la ville devraient réviser leurs plans en conséquence.

Cela a été dit par Alphonse Nkurunziza, l’ingénieur de la ville lors d’une entrevue avec The New Times au cours de laquelle il a déclaré que tous les projets de construction de routes et de bâtiments dans la ville, doivent satisfaire les exigences de la ville et l’espace de stationnement est l’une d’entre elles.

Cela vient à la suite de mises à niveau continues sur les routes de la ville, ce qui, dans certains cas, ne prévoit pas de stationnement routier, en particulier sur les complexes commerciaux le long de ces routes.

Les routes les plus touchées où le stationnement routier ne sera pas possible sont la route du centre-ville vers Nyabugogo et le tronçon Kisimenti-Kimironko à Remera.

« L’espace de stationnement devrait être fourni par les propriétaires de bâtiments commerciaux et tous les bâtiments qui sont opérationnels devraient avoir un espace de stationnement. C’est obligatoire, et en conformité avec le plan directeur de la ville », a-t-il déclaré.

Citant la route Muhima-Nyabugogo en cours de construction, l’ingénieur a noté qu’il s’agissait d’une « voie rapide et les gens ne devraient pas stationner sur les bords ».

La ville fournira l’infrastructure routière, mais les propriétaires de bâtiments commerciaux le long de cette route, a-t-il dit, devraient trouver des moyens de prévoir un espace de stationnement derrière leurs bâtiments ou sous terre.

« Si votre immeuble n’est pas conforme au plan directeur de la ville, venez vers nous afin que nous puissions vous aider à réviser et à répondre à ce qui manque. Ceux à Muhima devraient maintenant venir, soumettre les plans de développement de leurs parcelles et nous les aiderons à voir comment ils peuvent les développer en conséquence et intégrer le stationnement ».

Comme l’a dit l’ingénieur de la ville à propos de la route de Muhima, tout ce qui reste maintenant est le nettoyage, la mise en place de jardins et d’éclairage.

« Nous espérons que d’ici le 15 septembre, nous auront tout fini », a-t-il précisé.

Les commerçants le long de la route ont accueilli favorablement les travaux d’agrandissement et d’embellissement, mais ont exprimé des inquiétudes au sujet des aspects du stationnement, car cela affecte les opérations commerciales de diverses façons.

Badru Bamweyana, directeur des ventes et marketing de Sadolin Paints, a déclaré que le problème de stationnement est un défi car les clients s’inquiètent d’être condamnés à une amende par la police de la circulation.

« Nous n’avons pas encore trouvé de stratégies appropriées pour résoudre ce problème car nous pensions qu’il y avait encore du temps. Mais, le stationnement est un problème certain lorsque vous considérez des situations telles que le déchargement de fournitures ou lorsque nos clients veulent faire leurs achats », a déclaré Badru Bamweyana.

Fulgence Mutabaruka, propriétaire de Promise Hardware, une autre entreprise le long de l’autoroute Muhima-Nyabugogo, a déclaré qu’en tant que locataires, ils pourraient choisir de quitter les lieux au pire des cas.

« Nous louons et le stationnement est vraiment un problème. Nous sommes susceptibles d’envisager de déménager notre entreprise si les clients ne peuvent pas se garer à proximité une fois que la route sera complètement ouverte à la circulation », a déclaré Fulgence Mutabaruka.

Plus loin, se trouve l’Auberge La Caverne. Emmanuel Munyaneza, le gérant de cette entreprise familiale, a reconnu que son type d’entreprise nécessite un grand espace de stationnement, mais cela manque actuellement.

Le problème, a-t-il expliqué, c’est que dans le passé, la plupart des bâtiments de la ville ne prévoyaient jamais de stationnement.

« Nous sommes chanceux d’avoir un espace libre à l’arrière où nous prévoyons de développer un espace de stationnement. Il n’y a pas d’autre solution que de prévoir notre propre stationnement ainsi que pour nos clients », a déclaré Emmanuel Munyaneza.

Il a affirmé qu’avant que la ville ne commence à réviser la route, ils ont parlé du plan directeur de la ville et savaient bien à l’avance ce qui allait se passer.

Pendant ce temps, l’ingénieur a averti que la ville de Kigali devient de plus en plus sévère envers les propriétaires de bâtiments qui ne font aucun effort pour agir conformément aux normes en vigueur énoncées dans le plan directeur.

En ce qui concerne les perspectives de stationnement public, Alphonse Nkurunziza a souligné que cela est prévu mais pas encore opérationnel, car les terres de la ville appartiennent à des particuliers et le gouvernement devrait d’abord acquérir les terrains pour y parvenir.

Outre quelques endroits tels que le Petit Stade à Remera, il n’y a pas beaucoup d’espace de stationnement géré par l’administration publique. Le gouvernement encourage les particuliers à mettre en place et à exploiter des espaces de stationnement.

Alphonse Nkurunziza a déclaré: « Dans le centre-ville, nous n’avons pas de problème de stationnement. Il y a un grand espace de stationnement dans des domaines tels que le bâtiment Makuza, le nouveau complexe Ubumwe Grande Hotel où les gens du ministère de la finance garent leurs véhicules … Nous avons beaucoup d’autres places de stationnement dans la ville ».

« Mais le seul problème est peut-être les frais de stationnement. C’est tout le problème. Mais dans toutes les villes du monde, c’est la norme. Il doit y avoir des frais de stationnement. Une autre chose pourrait être dans la gestion du stationnement car je pense qu’il ne devrait pas être permis de stationner trop longtemps ».

The New Times dit avoir reçu des plaintes du public stipulant qu’à la place de plus de jardins le long des routes de la ville, il faudrait créer davantage de places de stationnement.

Un exemple est la route Kisimenti-Kimironko, où la route a été réduite pour répondre aux espaces verts et voies pour piétons et bicyclettes.

Alphonse Nkurunziza répond que les gens ayant un tel jugement ne sont pas en contact avec la modernité, notant qu’il est essentiel de lutter contre la pollution et d’améliorer le paysage urbain de Kigali.

« Les jardins et tous les efforts d’embellissement de la ville mènent à une ville verte, avec tous les avantages qu’elle apporte. Une ville n’est pas faite uniquement de voitures ou de voies de transport de véhicules ».

Leave a Reply